La colère gronde au Centre hospitalier  intercommunal des  Alpes  du  Sud (Chicas). Hier matin, les gré­vistes – pendant 30 minutes –  se sont réunis quelques minutes avant la tenue de la réunion du  Comité  technique  d’établissement.  Yann  Le  Bras, directeur de la structure, devait y présenter, aux repré­ sentants  du  personnel,  le  Contrat de retour à l’équilibre financier (Cref). L’intersyndicale et  une  soixantaine  de  personnels de l’établissement hospitalier ont collectivement porté la contestation, en pré­ sence d’élus, dont la députée  Karine Berger, sous les fenê­ tres  de  la  direction  pour  ce  qu’ils dénoncent comme « un  plan social » DL du samedi 28 mai 2016.

La suite de l'article Ici :

DL_du_28_mai_2016

 

  •  Les établissements d’Embrun et de Briançon seront-ils touchés ?

«Nous  sommes  au  Chicas,  c’est  Gap-­Sisteron  et  je  ne  m’exprimerai  pas  sur  les  autres  établissements  qui  sont sur leur propre logique et avec d’autres actions qui ont  déjà  été  engagées  dans  le  passé sans élément nouveau  aujourd’hui.  Nous  sommes  sur une fenêtre 2016­-2019 sachant que l’hôpital a déjà fait  des efforts en 2014 et 2015 et  s’est  mobilisé  par  rapport  à  une situation budgétaire.» 

Voilà ce que répond Monsieur Le Bras, qui est aussi directeur de TOUS les hôpitaux des Hautes-Alpes (Note de l'ACDHPB)